Nous avons entrepris de créer des actions de partenariats
avec les instituts médico-éducatifs régionaux
pour répondre à plusieurs objectifs :

sallelouisbraille 300x255Le premier objectif

C’est de préparer en amont les jeunes aux techniques de cannage, paillage et vannerie utilisées à l’ESAT. Nous sommes dans une nécessité de recruter rapidement des ouvriers en cannage pour compenser les trois départs à la retraite prévue en 2012. Les trois établissements voisins proposant des formations aux jeunes en situation de handicap n’utilisent pas les mêmes techniques d’apprentissage de base. De ce fait, la formation est plus longue à leur arrivée à l’ESAT. Grâce à ce partenariat, ce délai pourrait être raccourci.

Le second objectif

Il concerne le changement des représentations des familles et des éducateurs de ces établissements sur le milieu protégé. En effet, selon les professionnels que nous avons rencontrés, il semblerait que soit véhiculée une image d’enfermement. Ainsi, des jeunes, qui pourraient être mis en valeur dans notre établissement, sont poussés par les familles et les éducateurs à une demande d’orientation en milieu ordinaire. La notification obtenue, très peu d’entre eux sont ensuite en capacité de s’intégrer. Ils se retrouvent généralement désœuvrés, en situation d’échec, au sein de leur famille. Il nous est apparu essentiel de démarrer un travail auprès de ces établissements pour changer leurs représentations. Les usagers de l’ESAT vont être sollicités pour participer à ce projet.

Le Troisième objectif

Est d’accueillir des gens de l’extérieur. Pour cela, l’ESAT a développé un partenariat avec un IME de l’OVE pour accueillir, à une fréquence hebdomadaire, des groupes de jeunes stagiaires en situation de handicap mental, accompagnés d’une éducatrice. Il s’agit là d’un réel partenariat, éducatif autant que productif, car il offre à ces jeunes la possibilité de découvrir le monde professionnel à travers le tri du papier, activité rédhibitoire pour les non-voyants et difficile pour nombre d’usagers mal voyants. Ces visites offrent aussi aux usagers de l’ESAT, qui n’ont pas la volonté ou la capacité de sortir travailler dans les entreprises, une opportunité d’échanger avec des personnes apportant un regard neuf sur l’établissement.