1889

Le 20 mars : l’institution de jeunes aveugles dirigée à Lyon Charpenne par Melle Frachon sera fermée par arrêté préfectoral. Le conseil général fait appel à M. HUGENTOBLER, il lui est demandé d’ajouter une section d’aveugle à son établissement.

1890

Le 10 novembre : l’association accède à la demande du préfet et modifie ses statuts en conséquence. L’association change alors de nom et devient :
« Société d’assistance et de patronage pour les sourds et muets et les aveugles du Rhône et des départements voisins ».
Elle est subventionnée par l’Etat, le Conseil Général du Rhône et les conseillers généraux des départements voisins.  Elle accueille désormais, 17 aveugles et 63 sourds-muets.

1896

Le 6 janvier : Félix Faure, président de la République signe le décret de reconnaissance de la Société comme établissement d’utilité publique.

1893

Le 10 octobre : Le Conseil municipal de Lyon, dans ses délibérations, invite le Conseil d’administration de l’association à rechercher les moyens de procurer du travail aux jeunes aveugles à leur sortie de l’Ecole, et à activer la création d’ateliers à leur usage. Faute de moyens, le projet est repoussé.

1899

Le 11 avril le conseil municipal de Lyon renouvèle sa demande à l’école de rechercher des moyens de procurer du travail aux aveugles à l’issue de leur scolarité.
L’Assemblée Générale de l’association décide la construction d’ateliers d’apprentissage pour jeunes gens et jeunes filles.

M. Hugentobler est propriétaire de la moitié des terrains et de l’école en partie haute. La société d’assistance reçoit d’Antonin Perrin, conseiller général du Rhône et administrateur un terrain à bâtir de près de trois hectares en partie basse traversé par la rivière la Rize*, à l’angle du chemin de la Rize (actuelle rue Valentin Haüy) au numéro 20 et de la rue de la reconnaissance (actuelle rue Antonin Perrin).Voir plan page 11.

1904

Le 30 octobre : Les ateliers sont inaugurés par Monsieur BUISSON, député de la Seine. Trois  secteurs sont prévus : brosserie, cannage, vannerie. Les aveugles sont formés dans la spécialité d’accordeurs d’instruments de musique

*La Rize : dans les années 1970 cette petite rivière a été rejetée dans le canal de Jonage qu’elle franchisait par un siphon. Les choix urbanistiques de la ville ont facilité sa disparition. Elle a donné son nom à la petite rue de la Rize en face du 18 de la rue Antonin Perrin.

1906

L’établissement compte 70 sourds-muets, 41 aveugles et 14 enfants retardés. Monsieur Lafontaine est le directeur de l’école. La société d’Assistance et de patronage fournit une aide morale et financière et s’attache plus spécialement aux débouchés professionnels des aveugles, plus défavorisés sur ce plan que les sourds muets.

Monsieur Jacques Hugentobler prend définitivement sa retraite en octobre 1907.

institution municipale

Institution municipale pour sourds-muets, aveugles et arriérés – Entrée des classes.
Les élèves sont en rangs avec leurs professeurs